Spectacle Drôle de Bernache [tout public]

Présentation du spectacle Drôle de Bernache

« Drôle de Bernache » est une proposition artistique associant art du théâtre et art du cirque. Ce spectacle met en scène de manière burlesque, poétique et musicale, le parcours et les rencontres de cet oiseau migrateur qui vient sur nos terres girondines chaque année. La Bernache nous raconte son histoire…

Ce spectacle est une balade tout public qui s’adapte au site d’accueil.

 L’HISTOIRE

« À l’aube du grand jour de la migration, une bernache qui a perdu la mémoire cherche à tout prix ses congénères.
Au cours de sa déambulation, elle rencontre d’autres espèces, auxquelles elle essaiera de s’identifier. Mais peine perdue, elle ne s’y retrouve pas !
Elle finira par trouver son bonheur et fera alors partie de l’envol général. »

VALORISATION DES ESPACES NATURELS

La compagnie LEA participe à la mise en valeur des espaces naturels sensibles de Gironde qui sont au centre d’une thématique d’accompagnement des publics à la compréhension des enjeux environnementaux de ces sites remarquables et de sensibilisation à la préservation du patrimoine naturel.

DÉMARCHE ARTISTIQUE

« Drôle de Bernache » s’inscrit dans une recherche artistique de valorisation de la nature par la culture et de partage du patrimoine par le témoignage des localités. Ce spectacle est inspiré du spectacle « Drôles d’Oiseaux » mais cette fois-ci, en burlesque avec un personnage, la Bernache, qui raconte une histoire.

« Drôle de Bernache » est une proposition artistique pluridisciplinaire (théâtre, cirque, danse, musique), mettant en scène de manière burlesque et poétique les moments forts de cette espèce migratrice, qui vient nicher dans notre région chaque hiver.

DDB06 cie LEA

Pour créer ce spectacle, les artistes se sont inspirées des caractéristiques morphologiques et des comportements sociétaux de véritables espèces migratrices présentes dans notre région.

Les espèces d’oiseaux représentées seront travaillées en cohérence avec les variétés présentes dans les lieux d’accueil. Le repérage du lieu permet de travailler et d’adapter les différents tableaux de « Drôle de Bernache » créant un lien avec le site naturel. Dans cette création, dix tableaux ont été travaillés, la compagnie propose une forme avec sept tableaux et une autre avec les dix tableaux adaptés au lieu d’accueil. Pour exemple, la compagnie LEA a déjà adapté sa création au parc Peixotto de Talence, au Domaine de Certes-Graveyron à Audenge.

UN PARCOURS QUI S’ADAPTE AU LIEU

Sur les sites où nous jouerons, il conviendra de décider avec les responsables des structures qui nous accueilleront, d’un « parcours- balade » d’une heure, visant à mettre en perspective et en valeur les différents atouts du site d’accueil. Le public accompagné d’un comédien-guide accomplira un circuit- découverte : une boucle rejoignant son point de départ.Plusieurs arrêts sont prévus sur le parcours. Au cours de ces étapes ne durant que quelques minutes, le public pourra découvrir de drôles d’oiseaux, sous forme de tableaux poétiques, de scènes burlesques, dans les airs…. Des arrêts seront ponctués de la narration de la Bernache.

Drole de bernache couché de soleil

Les thèmes varient en fonction de chaque tableau: parade amoureuse, envol, prise de becs, le lac des cygnes… Le jeu est toujours corporel, le spectacle visuel.

 LES TABLEAUX

23052015-DSC_052723 mai 2015

TABLEAU 1 : LES MOUETTES RIEUSES

Elles ne rient pas mais sont très bruyantes. Elles se sont habituées au voisinage immédiat de l’homme dont les déchets leur fournissent, en hiver surtout, une part de leur nourriture. Ce sont des oiseaux sociables qui vivent en colonies en toute circonstance, car c’est un gage de sécurité. Elles nidifient en groupe, jusqu’à 1000 couples ou plus. Les nids sont à environ un à cinq mètres les uns des autres.

cropped-26052015-dsc_233926-mai-2015.jpg

TABLEAU 2 : LES HERONS CENDRES

Héros des fables de la fontaine, son appétit souvent exagéré lui a valu d’être pourchassé jusqu’à une époque récente. Le héron est désormais protégé et les effectifs ont pu se reconstituer. La Gironde abrite de nombreuses héronnières (site de reproduction). Le héron peut rester des heures, posé sur une seule patte, complètement inactif même lorsqu’il pêche. Sa manière de chasser est particulière : il pêche à l’affut et harponne avec son cou.

aigrettesddb2014

TABLEAU 3 : L’AIGRETTE GARZETTE

Cette espèce est très sensible aux vagues de froid car elle recherche sa nourriture dans les zones peu profondes. Les oiseaux qui choisissent d’hiverner sous nos latitudes prennent le risque de mourir de faim, comme ce fut le cas durant le gel hivernal de 1985. Chassées pour ses plumes d’apparat, en période de reproduction, l’espèce fut sauvée non par les mesures de protection, mais par le changement de mode !

26052015-DSC_206726 mai 2015

TABLEAU 4 : LES CYGNES TUBERCULES

Il fut pendant longtemps un plat réservé aux rois, il règne en maître sur l’étang car les autres oiseaux d’eau ne font pas le poids (un Cygne peut peser plus de 15kg). Malgré sa corpulence, le cygne vole et ses ailes produisent un sifflement particulier, qui s’entend à plusieurs dizaines de mètres. Il nage avec une seule patte. Au printemps pour défendre son territoire de reproduction, il peut devenir très belliqueux.

23052015-DSC_112323 mai 2015

TABLEAU 5 : L’ETOURNEAU

En hiver, les étourneaux forment d’immenses vols, ils reviennent des champs en fin de journée pour gagner leurs dortoirs urbains et profiter d’une température plus clémente et d’un nombre moins élevé de prédateurs. Les mâles chantent n’importe quand, sauf pendant leur mue d’été. Leur chant varie de sifflets mélodieux, en cris rauques jusqu’aux imitations réussies d’autres oiseaux.

23052015-DSC_139923 mai 2015

TABLEAU 6 : LA BERNACHE CRAVANT

C’est une petite oie à peine plus grande qu’un canard col vert. Les bernaches cravants viennent par milliers de la lointaine Sibérie passer l’hiver sur le Bassin d’Arcachon (50% de la réserve mondiale, soit 50.000 espèces) attirées par une nourriture, qui n’est accessible qu’à marée basse : les immenses herbiers de zostères (plantes marines). Elles se nourrissent également en broutant de l’herbe.

26052015-DSC_212026 mai 2015

TABLEAU 7 : L’HIRONDELLE RUSTIQUE

Annonciatrice du printemps, l’hirondelle reste l’oiseau le plus proche de l’homme, vivant dans son voisinage. Cet oiseau parcourt plus de 6000 km pour gagner les sites d’hivernage en Afrique noire, et couvre cette distance à une vitesse de croisière de 40 à 50 km et en réalisant des étapes de 200 à 300 km. C’est un acrobate hors pair, qui sait planer, virer, monter, descendre, raser le sol, glisser à la surface de l’eau ou s’y plonger sans interrompre son vol.

26052015-DSC_230526 mai 2015.jpg

TABLEAU 8 : LE GRIMPEREAU DES JARDINS

Le grimpereau est un oiseau rigolo avec un bec incurvé vers le bas pour déloger les insectes sous les écorces, des griffes puissantes pour grimper le long des troncs et des plumes de la queue rigides pour s’en servir d’appuis. Il niche sous un morceau d’écorce à demi soulevé.

26052015-DSC_235926 mai 2015_resultat

TABLEAU 9 : LES GRUES CENDREES

Cet oiseau, emblématique, est le plus grand d’Europe avec son 1.20m d’envergure. A l’automne, les grues passent en vols innombrables dans le ciel aquitain pour gagner les forêts de chênes verts d’Espagne. Pour économiser ses forces, elles utilisent les ascendances thermiques, qui leur permettent de monter sans effort à 1000 ou 1500m d’altitude. Elles s’arrêtent en aquitaine pour se nourrir du maïs oublié dans les champs.

DSC_7158

TABLEAU 10 : LE GOBEMOUCHE GRIS

Le Gobemouche gris est un oiseau élégant au profil fin et élancé, surtout quand il est posé sur un perchoir exposé avant de partir en chasse après les insectes qui sont ses proies favorites. Le Gobemouche gris est un migrateur longue-distance. Il a des ailes longues et pointues. Il chasse en volant de façon acrobatique prouvant son agilité en vol. Le chant du Gobemouche est une série faible de notes courtes et grinçantes, certaines haut-perché alternant avec un rapide « sip-sip-see-sitti-se-see ».

Distribution

Metteuse en scène : Brigitte Gomez

Circassiennes : Coretta Assié, jessica Layre, Julia Mathez

Comédiennes : Angélica De Almeida, Alice Dufour, Pascaline Marot, Camille Couturier, Aurélie Girveau

Technicienne : Aude Le Clech

Maquilleuse : Marjolaine Risetti

Photographe : Benoît Martrenchar

Vidéo du spectacle Drôle de Bernache

A télécharger

Fiche spectacle Drôle de Bernache Cie LEA

Dossier du spectacle Drôle de Bernache cie LEA

Pour plus d’informations, contactez-nous : compagnielea@yahoo.fr 06 42 53 12 64

 

Spectacle Drôles d’Oiseaux [tout public]

Présentation du spectacle Drôles d’Oiseaux

Le spectacle « Drôles d’Oiseaux », créé en 2013, s’inscrit dans une recherche artistique de valorisation de la nature et du patrimoine par la culture. « Drôles d’Oiseaux » est une balade poétique et pluridisciplinaire (théâtre, cirque, danse, musique), une balade qui met en scène la vie des espèces migratrices qui viennent nicher en Gironde. Entre chaque tableau, la guide de la balade appelle les spectateurs à la suivre.

Cette création a été retenue lors de l’appel à projet pour la valorisation du Domaine de Certes. Drôles d’Oiseaux a été validée par des professionnels du parc ornithologique du Teich, du parc naturel régional des Landes de Gascogne et de la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO d’Aquitaine).

VALORISATION DES ESPACES NATURELS

La compagnie LEA participe à la mise en valeur des espaces naturels sensibles de Gironde qui sont au centre d’une thématique d’accompagnement des publics à la compréhension des enjeux environnementaux de ces sites remarquables et de sensibilisation à la préservation du patrimoine naturel.

DÉMARCHE ARTISTIQUE

« Drôles d’Oiseaux » s’inscrit dans une recherche artistique de valorisation de la nature par la culture et de partage du patrimoine par le témoignage des localités.

« Drôles d’Oiseaux » est une forme déambulatoire, une balade, une rencontre amoureuse entre un ou plusieurs lieux et des oiseaux de passage. Sublimer la nature par la nature elle-même, respecter la magie des paysages, rester dans le juste et dans la liberté par l’évocation des oiseaux tels sont les objectifs de ce voyage migrateur et de ce retour aux sources.

26052015-DSC_206926 mai 2015.jpg

Cette proposition artistique offre une forme très visuelle et poétique, sublimant les émotions et capturant l’éphémère en intégrant plusieurs modes d’expressions : danse, musique, théâtralité, cirque… La corporalité des artistes occupe une place centrale dans le travail de recherche. Cette forme s’adapte à tous les lieux et tous les chemins de randonnées des marais, aux landes arides, de parcs citadins aux dunes. Les lieux seront investis autant dans leur horizontalité que dans leur verticalité.

Les espèces d’oiseaux représentées seront travaillées en cohérence avec les variétés présentes dans les lieux d’accueil. Le repérage du lieu permet de travailler et d’adapter les différents tableaux de « Drôles d’Oiseaux » créant un lien avec le site naturel. Dans cette création, dix tableaux ont été travaillés, la compagnie propose une forme avec sept tableaux et une autre forme avec dix tableaux adaptés au lieu d’accueil.

DSC_7444.jpg

La première proposition de « Drôles d’Oiseaux » a été conçue en Gironde et les espèces ont été choisies en conséquence (hérons, cygne, aigrette garzette…). Les différentes postures (oiseaux sur piquets, oiseaux dans l’eau, parades amoureuses, envol collectif, nids, forêt de sons…) ont été travaillées en concertation avec des professionnels du parc ornithologique du Teich, du parc naturel régional des Landes de Gascogne et de la ligue de protection des oiseaux (LPO d’aquitaine) par soucis de vraisemblance.

La proposition artistique « Drôle d’Oiseaux » se décline en plusieurs tableaux ; chaque tableau étant dédié à une espèce d’oiseaux particulière. Selon le site d’accueil à valoriser les espèces représentées changent.

LES TABLEAUX

26052015-DSC_174726 mai 2015.jpg

TABLEAU 1 : LES MOUETTES RIEUSES

Elles ne rient pas mais sont très bruyantes. Elles se sont habituées au voisinage immédiat de l’homme dont les déchets leur fournissent, en hiver surtout, une part de leur nourriture. Ce sont des oiseaux sociables qui vivent en colonies en toute circonstance, car c’est un gage de sécurité. Elles nidifient en groupe, jusqu’à 1000 couples ou plus. Les nids sont à environ un à cinq mètres les uns des autres.

Cie LEA Drôles d'Oiseaux

TABLEAU 2 : LES HÉRONS CENDRES

Héros des fables de la fontaine, son appétit souvent exagéré lui a valu d’être pourchassé jusqu’à une époque récente. Le héron est désormais protégé et les effectifs ont pu se reconstituer. La Gironde abrite de nombreuses héronnières (site de reproduction). Le héron peut rester des heures, posé sur une seule patte, complètement inactif même lorsqu’il pêche. Sa manière de chasser est particulière : il pêche à l’affut et harponne avec son cou.

aigrettesddb2014.jpg

TABLEAU 3 : L’AIGRETTE GARZETTE

Cette espèce est très sensible aux vagues de froid car elle recherche sa nourriture dans les zones peu profondes. Les oiseaux qui choisissent d’hiverner sous nos latitudes prennent le risque de mourir de faim, comme ce fut le cas durant le gel hivernal de 1985. Chassées pour ses plumes d’apparat, en période de reproduction, l’espèce fut sauvée non par les mesures de protection, mais par le changement de mode !

26052015-DSC_206726 mai 2015.jpg

TABLEAU 4 : LES CYGNES TUBERCULES

Il fut pendant longtemps un plat réservé aux rois, il règne en maître sur l’étang car les autres oiseaux d’eau ne font pas le poids (un Cygne peut peser plus de 15kg). Malgré sa corpulence, le cygne vole et ses ailes produisent un sifflement particulier, qui s’entend à plusieurs dizaines de mètres. Il nage avec une seule patte. Au printemps pour défendre son territoire de reproduction, il peut devenir très belliqueux.

23052015-DSC_112323 mai 2015.jpg

TABLEAU 5 : L’ÉTOURNEAU

En hiver, les étourneaux forment d’immenses vols, ils reviennent des champs en fin de journée pour gagner leurs dortoirs urbains et profiter d’une température plus clémente et d’un nombre moins élevé de prédateurs. Les mâles chantent n’importe quand, sauf pendant leur mue d’été. Leur chant varie de sifflets mélodieux, en cris rauques jusqu’aux imitations réussies d’autres oiseaux.

26052015-DSC_214426 mai 2015.jpg

TABLEAU 6 : LA BERNACHE CRAVANT

C’est une petite oie à peine plus grande qu’un canard col vert. Les bernaches cravants viennent par milliers de la lointaine Sibérie passer l’hiver sur le Bassin d’Arcachon (50% de la réserve mondiale, soit 50.000 espèces) attirées par une nourriture, qui n’est accessible qu’à marée basse : les immenses herbiers de zostères (plantes marines). Elles se nourrissent également en broutant de l’herbe.

DDB08 cie LEA

TABLEAU 7 : L’HIRONDELLE RUSTIQUE

Annonciatrice du printemps, l’hirondelle reste l’oiseau le plus proche de l’homme, vivant dans son voisinage. Cet oiseau parcourt plus de 6000 km pour gagner les sites d’hivernage en Afrique noire, et couvre cette distance à une vitesse de croisière de 40 à 50 km et en réalisant des étapes de 200 à 300 km. C’est un acrobate hors pair, qui sait planer, virer, monter, descendre, raser le sol, glisser à la surface de l’eau ou s’y plonger sans interrompre son vol.

DDB09 cie LEA

TABLEAU 8 : LE GRIMPEREAU DES JARDINS

Le grimpereau est un oiseau rigolo avec un bec incurvé vers le bas pour déloger les insectes sous les écorces, des griffes puissantes pour grimper le long des troncs et des plumes de la queue rigides pour s’en servir d’appuis. Il niche sous un morceau d’écorce à demi soulevé.

26052015-DSC_235926 mai 2015_resultat

TABLEAU 9 : LES GRUES CENDREES

C’est l’envol final. Cet oiseau, emblématique, est le plus grand d’Europe avec son 1.20m d’envergure. A l’automne, les grues passent en vols innombrables dans le ciel aquitain pour gagner les forêts de chênes verts d’Espagne. Pour économiser ses forces, elles utilisent les ascendances thermiques, qui leur permettent de monter sans effort à 1000 ou 1500m d’altitude. Elles s’arrêtent en aquitaine pour se nourrir du maïs oublié dans les champs.

DSC_7158

TABLEAU 10 : LE GOBEMOUCHE GRIS

Le Gobemouche gris est un oiseau élégant au profil fin et élancé, surtout quand il est posé sur un perchoir exposé avant de partir en chasse après les insectes qui sont ses proies favorites. Le Gobemouche gris est un migrateur longue-distance. Il a des ailes longues et pointues. Il chasse en volant de façon acrobatique prouvant son agilité en vol. Le chant du Gobemouche est une série faible de notes courtes et grinçantes, certaines haut-perché alternant avec un rapide « sip-sip-see-sitti-se-see ».

Distribution

Metteuse en scène : Brigitte Gomez

Circassiennes : Coretta Assié, Jessica Layre, Julia Mathez

Comédiennes : Angélica De Almeida, Alice Dufour, Pascaline Marot, Camille Couturier, Aurélie Girveau

Technicienne : Aude Le Clech

Maquilleuse : Marjolaine Risetti

Photographe : Benoît Martrenchar

Vidéo du spectacle Drôles d’Oiseaux

Documents à télécharger :

Dossier du spectacle Drôles d’Oiseaux cie LEA

Fiche spectacle Drôles d’Oiseaux

Pour plus d’informations, contactez-nous : compagnielea@yahoo.fr 06.42.53.12.64